sam 19 juin 2021 - 11:06

Nous sommes des bagagistes!

Quand la pleine conscience s’épanouira en nous. Nous sommes des bagagistes :

Sommes-nous toujours « dans le coup ? »

Notre Voie maçonnique ne doit pas être confondue avec l’organisation maçonnique, à savoir les obédiences. Cette organisation est liée aux temps, sans prétention à l’universalité Alors que, dans leur profondeur, nos arcanes : rite, mythes et symboles sont, eux, universels. Les obédiences naissent et meurent. La Voie est simplement humaine, sans considération de temps et de lieux ; même si certaines de ses formes peuvent la déserter.
En fait la Voie est en recherche permanente : certains aspects, trop liés à la culture du moment, disparaissent peu à peu, comme les épées, les abeilles ; d’autres s’affirment comme le cabinet de réflexion. Ainsi je te propose de distinguer deux strates : la culture et la structure.
D’abord la culture, l’apparence, les vêtements qui sont liés aux mœurs du temps ; ensuite ce qui ressortit, depuis toujours, au psychisme humain. Par exemple, dans notre code moral, nous chérissons la droiture, le respect de la parole donnée…depuis le début du XVIIIème siècle. De nos jours, cette morale n’est plus au premier plan et je gage que tu mettrais vite à la place, le doute, l’empathie, l’engagement, la cohérence des propos avec l’action.
En bref, les vêtements culturels de nos rites ne conviennent plus ; ils ont vieilli. C’est ainsi que l’Homme était réputé doué de raison ; que cette raison était capable de modifier nos choix ; que la morale nous aide à distinguer à coup sûr le bien et le mal ; qu’il suffit d’entendre pour faire…Aujourd’hui, et de plus en plus, nous parlons autrement. Et nous avons à transmettre autrement. Qu’en est-il aujourd’hui ? Serions-nous en décalage avec les temps qui viennent ?

Nous sommes des bagagistes !

Oui, mon Frère, ma Sœur, tu as bien lu : des bagagistes ! Nous transportons les arcanes maçonniques (rite, mythes, symboles) dans une valise très précieuse. Nous savons qu’elle l’est. Notre souci, trop souvent excessif, de nous conformer à la tradition, en est la preuve.Le Frère Jean Mourgues, un Maçon en avance sur son temps, affirmait : «  la Franc-maçonnerie n’a pas d’histoire puisqu’elle est intemporelle ».
À qui apportons-nous- cette valise lumineuse ? Deux destinataires : notre Maître intérieur, le Maître de lumière et les jeunes de la Loge : Les Apprentis de la colonne du Nord., les Compagnons au Midi. Jusqu’à aujourd’hui le transport du bagage, apparemment validée par les siècles, suffisait pour les atteindre. Désormais, avec les nouvelles données sociétales, ce ne sera plus possible, à tout le moins efficace.
Attention, ma Sœur, mon Frère ! Je ne parle pas de changer les arcanes mais je prétends que de nouveaux outils, des clefs, nous aideront à aller plus loin, comme il est dit au degré de Maître. Les arcanes sont riches et universels. C’est leur intégration spirituelle, sous les discours érudits et moraux dispensés ordinairement par la doxa, qui développera, en nous, la spontanéité d’une spiritualité pour agir.
Demain, et le chantier est ouvert, nous ouvrirons la valise. Nous ferons briller les joyaux qu’elle contient. Et nous serons baignés par leur éclat. Mais pour cela nous devons nous équiper de clefs, pour pouvoir descendre en nous-mêmes.

Les évolutions ? Nos valeurs et nos pratiques doivent changer !

Nous découvrirons, dans les années qui viennent plusieurs clefs pour ouvrir la malle aux trésors. Une obligation de survie. Poussé(e)s par la double nécessité : s’adapter à l’évolution sociétale et la plus grande exigence des francs-maçons désireux la fois de se développer spirituellement et en corrélation, de s’engager dans le monde profane. En quelques lignes -cela suffira- l’essentiel ce ces évolutions qui nous façonnent et nous façonnerons.

1) La mondialisation que rien n’arrêtera quoiqu’en disent certains populismes, la poussée irrésistible des technologies informatiques, les réseaux qu’il est et sera de plus en plus difficiles de contrôler, le transhumanisme qui pourrait retarder considérablement l’âge de la mort…tout cela est en train de générer un autre être humain, du moins en plusieurs de ses dimensions organiques, psychiques et sociales.. On peut s’en effrayer ou comme, Frédéric Lenoir, s’en réjouir, il n’empêche que les évolutions ne se comptent plus qu’en quelques décennies alors que les anciens comptaient en siècles.
2) L’Homme post-moderne est en train de naître sous nos yeux, chez le jeune lecteur, lectrice que tu es peut être. Le Frère Franck Fouqueray est en cours de rédaction d’un livre-clef pour apprécier les conséquences sur notre Voie maçonnique de ces mutations radicales : il liste les dix rôles sociaux que nous aurons à jouer, volens non volens. Parce qu’ils deviennent une réalité incontournable. Puis il analyse les liens avec la Voie maçonnique. Je te renvoie donc à son ouvrage….mais j’en extrais, en particulier, le portrait, à grands coups de pinceau, de l’Homme postmoderne.
3) Le profil de l’Homme post-moderne Entre 1985 et 2000, le sociologue Paul H. Ray (Université du Michigan) et la psychologue Sherry Ruth Anderson enquêtent auprès de plus de …100 000 personnes !Ils parviennent à distinguer le profil qui est en train de se dessiner, au moins dans les pays riches, le sociotype « cultural creatives ». Il est composé de quatre traits (je vais vite !). Les voici :
•Le respect des valeurs féminines,
• L’intégration des valeurs écologiques,
• L’implication sociétale,
• Le développement personnel.
Le défi de la pleine conscience

Notre Voie maçonnique, une spiritualité pour agir, prend en compte pleinement trois de ces dimensions. L’exception touche l’écologie.
Ne favorise-telle pas l’épanouissement de nos facultés intérieures, nos relations aux autres et, pour quelques-un(e)s, l’androgynie psychique ? Mais souvent de manière confuse sans que nous Frères et Sœurs ayons bien conscience des causes par lesquelles notre Voie nous plaît tant. C’est justement le défi demain et dès aujourd’hui pour les initié(e)s : La pleine conscience, à mon sens, évolution inévitable, pour tous ceux et celles qui veulent développer leurs facultés :prise de distance, lâcher-prise les Francs-maçons entre autres. Voyons donc comment cela peut enrichir notre pratique rituelle. Pour sortir de la conscience ordinaire afin de rencontrer ce Maître de lumière qui sommeille en nous .
Qu’est-ce donc que cette pleine conscience dont on parle de plus en plus et qui deviendra, à mon sens, une des clefs de notre Voie ? La pleine conscience, pour traduire mindfulness, est une notion qui fut introduite par Jon Kabat Zinn (1944) qui mit au point la méditation en pleine conscience, en se référant à la pratique bouddhiste. Cette méditation connaît aujourd’hui, une expansion remarquable en Europe. En France en particulier, avec les livres de Christophe André. Elle va désormais bien au-delà de la méditation et devient une attitude devant la vie . C’est une manière sage de conduire ses attitudes et ses comportements, en se connectant le plus souvent à ce qu’on éprouve et à ce que l’on ressent
Que recouvre ce terme, je veux dire cette expérience, mieux, ce vécu, à la portée de tous, a priori ? Il s’agit, dans un moment donné où s’exprime une action, une pensée d’apporter une attention élevée à ses émotions ressenties, à ses sensations physiques les plus légères ; bref de vivre avec intensité l’instant en question, dans l’ici et maintenant. Pas question de raisonner, de se faire une opinion, d’agir sans attention. La pleine conscience nous ouvre à l’intensité de la vie, sous le vernis des mots, des rationalisations, de l’empressement et de la course. Nous touchons ainsi peu à peu à notre être profond, à l’authenticité. Comment cela ? Parce que nous mettons à distance les émotions, les sensations comme si nous étions dans une double peau, celles de l’acteur et de l’observateur. Ce recul nous rend plus maîtres, moins dépendants de nous-mêmes et de notre pseudo-spontanéité, en fait.

Quels atouts pour la Voie maçonnique ?

La pleine conscience balise et pave le chemin de la recherche spirituelle. Cela a toujours été le cas pour ces hommes et ces femmes qui furent et sont les phares de l’humanité. Si elle ne le fait pas encore pour nous tous, toutes aujourd’hui, elle sera au cœur de la transmission maçonnique demain Elle deviendra, je le crois, le support de notre Voie avec les arcanes dans lesquels elle se fondra. Nous serons moins dépendants du torrent de la vie, des actions, des jugements, des refuges et des fièvres Les Maçons ne cherchent-ils pas à se libérer, d’abord eux-mêmes ? Alors les bagagistes sauront comment faire pour avancer, le cœur tranquille et les paumes ouvertes vers leur Maître de Lumière.
Or notre Voie maçonnique dispose déjà de plusieurs éléments de base pour que, désormais, nous entreprenions le voyage de la pleine conscience. Des exemples concrets : le travail sur les symboles pousse à l’introspection si nous nous y abandonnons par l’intuition et l’imagination. La méthode de prise de parole, dont on ne dira jamais suffisamment comme elle est précieuse, nous fait pencher la tête pour respirer, en pleine conscience, ce que dit la Sœur, le Frère. Si du moins, nous parvenons à éloigner l’être réactif, le juge, le professeur, le consommateur. À chacun de bien mener l’œuvre alchimique. Et puis de-ci de-là, de nouvelles pratiques qui honorent le silence : lecture du rituel creusée d’arrêts. Le flot des mots cesse et chacun-e peut alors se prendre à lui-même pour vivre l’instant blanc en pleine conscience. Dans une de mes Loges, la tenue débute toujours par cette calme exhortation : « Mes Frères, descendons en nous-mêmes » suivi d’une belle plage d’immobilité et de respiration silencieuse.
Oh ! Sans doute resterons-nous des bagagistes mais, désormais, nous saurons comment faire pour avancer, le cœur tranquille et les paumes ouvertes vers notre Maître de Lumière.

Jacques Fontaine

Jacques Fontaine
Jacques Fontaine
Jacques Fontaine est né au Grand Orient de France en 1969.Il se consacre à diffuser, par ses conférences, par un séminaire, l’Atelier des Trois Maillets et par une trentaine d’ouvrages, une Franc-maçonnerie de style français qui devient de plus en plus, chaque jour, « une spiritualité pour agir ». Il s’appuie sur les récentes découvertes en psychologie pour caractériser la voie maçonnique et pour proposer les moyens concrets de sa mise en œuvre. Son message : "Salut à toi ! Tu pourrais bien prendre du plaisir à lire ces Cahiers maçonniques. Et aussi connaître quelques surprises. Notre quête, notre engagement seraient donc un voyage ? Et nous, qui portons le sac à dos, des bagagistes ? Mais il faut des bagagistes pour porter le trésor. Quel est-il ? Ici, je t’engage à aller plus loin, vers cette fabuleuse richesse. J’ai cette audace et cette admiration car je suis un ancien maintenant. Je me présente : c’est en 1969 que je fus initié dans la loge La Bonne Foi, à Saint Germain en Laye, au Rite Français. Je travaille aussi au Rite Opératif de Salomon. J’ai beaucoup voyagé et peu à peu me suis forgé une conviction : nous, Maçons latins, sommes en train d’accoucher d’une Voie maçonnique superbe : une spiritualité pour agir. Annoncée dès le début du XXème siècle. Elle est en train de se déployer et nous en sommes les acteurs plus ou moins conscients mais riches de loyauté.

Articles en relation avec ce sujet

1 COMMENTAIRE

  1. MTCF Jacques, je ne peux m’empêcher de faire un lien entre ce terme de “bagagiste” et l’utilisation “bagage” par Ernest Renan dans “L’avenir de la Science” où il défend l’idée que la science ne peut se désintéresser de la philosophie et la spiritualité.

    ” Si l’on supposait que ces vérités pussent venir d’ailleurs que de l’étude patiente des choses, la
    science élevée n’aurait plus aucun sens ; il y aurait érudition, curiosité d’amateur, mais
    non science dans le noble sens du mot, et les âmes distinguées se garderaient de
    s’engager dans ces recherches sans horizon ni avenir. Ainsi ceux qui pensent que la
    spéculation métaphysique, la raison pure, peut, sans l’étude pragmatique de ce qui est,
    donner les hautes vérités, doivent nécessairement mépriser ce qui n’est à leurs yeux
    qu’un bagage inutile, une surcharge embarrassante pour l’esprit. Malebranche n’a pas
    été trop sévère pour ces savants « qui font de leur tête un garde-meuble, dans lequel
    ils entassent, sans discernement et sans ordre, tout ce qui porte un certain caractère
    d’érudition, et qui se font gloire de ressembler à ces cabinets de curiosités et
    d’antiques, qui n’ont rien de riche, ni de solide, et dont le prix ne dépend que de la
    fantaisie, de la passion et du hasard ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

5,800FansJ'aime
7,600SuiveursSuivre
4,300AbonnésS'abonner

DERNIERS ARTICLES